Banyuls-sur-mer

Refonte du front de mer

 

À quelques hectomètres de l’Espagne, Banyuls-sur-Mer est la deuxième station balnéaire la plus méridionale de France. La commune est fréquentée en toutes saisons en raison d’un ensoleillement exceptionnel et de son formidable patrimoine naturel, historique, gastronomique et architectural. Désireuse de revaloriser pleinement ces atouts, tant pour la qualité de vie de ses administrés que pour son attrait touristique, la Mairie a confié au paysagiste Yannick Salliot la conception d’un ambitieux chantier de requalification de son front de mer.

La commune, emmenée par Jean-Michel Solé, son Maire, a décidé en 2017 de reconquérir le front de mer. Comme de nombreuses communes touristiques du littoral dont le tourisme décuple la population en été, Banyuls-sur-Mer avait, peu à peu, perdu le fil de son plan d’aménagement et, tout particulièrement, sa relation visuelle à la mer. La juxtaposition et l’accumulation d’espaces, de séquences, de matériaux et de mobiliers depuis les années cinquante nuisaient en effet considérablement à la lecture globale d’un lieu dont la force et le caractère naturel suffisaient à le qualifier.

Faire du front de mer
un lieu remarquable

 

La perception du lieu devait donc être épurée, clarifiée et apaisée pour rendre à Banyuls son caractère originel au cœur d’un paysage naturel d’une grande force et d’une singulière beauté. 


« Le programme ambitionnait de faire du front de mer un lieu remarquable, une belle promenade et un espace connecté au centre-ville et à ses commerces. Mais, aussi, d’apaiser la voirie urbaine, de redonner des espaces de vie aux usagers, de valoriser l’attrait économique et touristique de la ville, d’homogénéiser les terrasses, les revêtements… Enfin, il affirmait la volonté d’insuffler un vent de modernité et d’unité sur la promenade et de préparer le devenir de ce territoire » détaille Yannick Salliot, de l’agence Frys Associés.

Le banc, au cœur du mode de vie catalan

 

Un autre élément central du cahier des charges était d’exprimer à nouveau pleinement l’identité catalane de Banyuls. Une identité qui fait la part belle à la vie sur l’espace public, au sein duquel le banc est un personnage à part entière. 

Chaleur oblige, cette « socialisation outdoor » se poursuit bien après le coucher du soleil. Le paysagiste mentionne ainsi « le banc des Sénateurs », inscrit profondément dans cette culture catalane. Véritable point focal de la vie de la commune, c’est à cet endroit que se dénouent les conflits, que s’apaisent les tensions, que se prépare l’avenir, que se construisent les alliances… Yannick Salliot révéle que quelques bancs bétons des années cinquante avaient été « descellés respectueusement » afin de les réimplanter en carré, disposition plus apte à cette fonction sénatoriale…

Un projet 100 % conçu sur site


Pour réaliser ce travail, l’équipe de maîtrise d’œuvre s’est engagée dans une démarche de travail inédite. « Nous avons loué un hôtel et délocalisé l’agence une semaine : nous avons travaillé pour ainsi dire jour et nuit avec l’ensemble des acteurs concernés par ce projet : la ville, la communauté de commune, le conseil départemental, les institutions, les concessionnaires, les associations, les commerçants et les habitants. 

Au moindre doute ou questionnement, nous sortions et allions ensemble vérifier tel ou tel point sur le site. » Au terme de ces échanges, le consensus a dessiné un programme ambitieux mais réaliste. « Cette méthode nous a permis de proposer un projet juste, durable, élégant et transcrit dans un langage où le front de mer s’inscrit dans son patrimoine, son paysage et ses usages pour, en toutes saisons, répondre aux attentes des habitants et des touristes » poursuit Yannick Saliot. 

Une belle courbe, un tracé fluide, un dimensionnement ajusté, une sélection attentive des matériaux, des détails soignés et un éclairage approprié formaient le fondement de ce projet. Cette volonté d’épure et d’un dessin conjuguant tradition et modernité a conduit les concepteurs à être sans concession pour le choix du mobilier.

 

Quand Banyuls vote Vancouver

 

« Je connais Aréa depuis longtemps. Simplicité du design, qualité des ergonomies, robustesse et la durabilité, politique tarifaire… : j’apprécie autant les valeurs de l’entreprise que la qualité des produits. La gamme Vancouver a rapidement retenu notre attention au vu de son dessin, de son prix et de la large palette d’assises qu’elle propose. Pour valider ce choix « au contact », j’ai accompagné l’équipe municipale pour un test grandeur nature de ce banc sur le stand d’Aréa au salon des Maires. Objectif, lui permettre de découvrir et de tester ce banc. Séduite, elle a cependant exprimé la crainte de voir le métal monter en température l’été. 

“Les lanières d’acier ont aussi un intérêt thermique, elles ne sont ni chaudes, ni froides”

Laure et Gilles Boudou, les dirigeants, ont fait part de leurs retours d’expérience et expliqué que les lanières d’acier, signature de la marque, n’ont pas qu’un intérêt esthétique mais aussi thermique : « elles ne sont ni chaudes, ni froides » poursuit Yannick Salliot. De manière à partager ce constat, un banc a été installé sur site tout un été. Le test, probant, a aussi permis aux usagers d’exprimer leur satisfaction. Et c’est ainsi qu’un banc dont le nom évoque la neige et l’Océan Pacifique s’est fait une place au soleil en Mer Méditerranée…

 

BANYULS SUR MER AMÉNAGEMENT DU FRONT DE MER
Aménagements urbains, paysagers et maritimes

Mission de Maitrise d’œuvre  TPFi - FRYS Paysage + FRYS Lumière - Agence Rayssac
Maîtrise d’ouvrage ville de Banyuls-sur-mer
Études 2015-2017
Chantier 2016-2018 (2 tranches)
Surfaces 3 ha / linéaire 1km
Montant des travaux 3 000 000 € HT

 

 

Date : / Auteur : / Crédit : Photo © Panoramique René Limbourg - Aérienne : Frédéric Hédelin - Autres : Agence FRYS & E.Belondrade

Réalité augmentée

Observateur passionné et inlassable de la ville, Aréa a chaussé ses lunettes de réalité virtuelle pour « augmenter » l’expérience utilisateur des citoyens évoluant dans l’espace public.

En savoir plus