r4379_9_banc.jpg

L’équipe de l’exposition « Banc d’essai » Biennale Internationale design Saint-Étienne 2015, Arnauld Hildenbrand, Lucas Martinet et Léa Pruykemaquere, sous la direction de Nathalie Arnould, design manager ; a mené une enquête auprès des usagers du banc KYOTO implanté place Jean Jaurès.

Les usagers ont été interviewés pendant une quinzaine de minutes. Les échanges se sont déroulés suivant un protocole d’observation qui questionne l’objet: ergonomie / forme / matière / couleur et son occupation dans l’espace.

Les résultats sont enthousiasmants.

●Monique et Jeanine, 65 ans, retraitées :
«On était trois avec une amie, c’est vraiment sympa de pouvoir être à plusieurs sans trop gêner les autres»
«On ne savait pas que ça faisait partie de la Biennale mais on aime beaucoup !»

●Guy, 50 ans
« Quand je suis arrivé, il n’y a avait personne. Alors, j’ai pu choisir ma vue, soit l’Eglise, soit le jardin et le kiosque à musique. C’est sympa de pouvoir se mettre des deux côtés. »

Ce projet a rapidement rencontré un grand succès. Très prisé, il permet d’accueillir un nombre important de personne, jusqu’à huit, sur un espace réduit avec ses quatre faces utilisables. Son aspect convivial est indéniable et a permis à de petits groupes de personnes de se retrouver ensemble au sein d’un même espace. Ce banc n’a pas toujours été perçu comme faisant partie d’une exposition liée à la Biennale, en raison du décollement très rapide de la signalétique et de l’absence de mise en scène scénographique. Cela n’a aucunement empêché son appropriation immédiate.

Un espace de repos confortable et sobre

Espace d’attente et de méditation, il encourage à prendre un temps de pause et offre un espace d’accueil plus complet que le simple banc.
Sobre et confortable sont les qualificatifs qui sont revenus le plus souvent dans les discussions. Le dossier a également été très apprécié par les usagers, permettant une assise de qualité. Ce banc est un espace d’attente plus qualitatif et bien plus confortable que les abribus à proximité, ce qui peut expliquer, en partie, son grand succès. Son aspect original, moins « classique » que les autres bancs, a très fréquemment été remarqué et apprécié.

● Monique et Jeanine, 65 ans, retraitées
«On le préfère aux autres plus classiques. C’est bien. C’est noir, sobre, correct. C’est pas mal. J’ai des problèmes de dos, donc j’apprécie particulièrement le dossier »
● Sylvie, 45 ans
« Quand on le regarde comme ça, ça me fait penser à un range-CD ou DVD. C’est original.»
● Lilian et Stéphanie, 35 ans, couple avec un bébé, en congés
«Il est très beau et très confortable. Nous nous sommes installés pour manger.»
● Mansour, 33 ans
«J’aime bien le banc, il est confortable, il est beau. Par contre, je trouve qu’il n’a pas sa place dans le centre historique de la ville, peut-être trop moderne pour moi. Je trouve qu’il ne colle pas trop à l’ambiance générale mais il faut avouer que c’est plus sympa que les abribus.»
● Guy, 50 ans
«On est bien, il y a de la place pour les jambes».

Une très bonne réponse aux usages urbains

Adapté aux usages du citadin, il permet à celui-ci d’attendre son tramway dans de meilleures conditions, mais aussi de faire une halte sur son passage. Nous avons rencontrés beaucoup de personnes avec leur sac de course qui choisissaient de faire escale sur ce banc. On peut supposer que c’est en raison de la largeur des assises et de l’abri que ce banc propose.
A ce titre, l’ergonomie et l’ombrière répondent très bien aux usages urbains. Fréquenté tout autant lorsqu’il pleut légèrement ou que le soleil frappe fort, le banc Kyoto propose un abri apprécié par les passants. L’assise sèche particulièrement vite et nous avons remarqué que c’était souvent le premier banc occupé après la pluie.

● Monique et Jeanine, 65 ans, retraitées
Elles ont chacune un gros sac bien chargé.
«Nous nous sommes assises car nous sommes fatiguées. Ça permet de faire une petite halte. On n’habite pas à Saint-Etienne et on est venu en bus pour faire les magasins et profiter de la ville.»
«Non, on ne sait pas pourquoi il (le banc) est là. Parce qu’il y a du passage non ?»
● Mansour, 33 ans
«On est abrité du soleil, c’est toujours agréable surtout quand il fait chaud comme aujourd’hui. Pour la pluie, c’est bien mais ce n’est pas encore ça. Le toit du banc devrait être fermé pour être protégé de la pluie.»
● Rémi, 27 ans
«J’attends le tram et une amie. J’ai préféré m’asseoir ici, on est mieux»
● Guy, 50 ans
«On est venu ici car c’est le seul banc qui était sec.»

LAISSER UN COMMENTAIRE
Retour aux articles