SITE (forme-tracés), conférence inaugurale

SITE (forme-tracés), conférence inaugurale

Erik Orsenna (économiste, écrivain et membre de l'académie française), Michel Corajoud (paysagiste), Jacques Coulon (paysagiste) et Thierry Mariage (architecte des bâtiments de France)

Le cycle de conférences s'organisera autour de quelques grandes thématiques et mots-clés qui représentent les éléments les plus marquants de la démarche de projet (et donc de l'héritage de Le Nôtre...) : le rapport au site d'un point de vue esthétique et technique, indissociablement ; la définition d'un code formel de composition et d'aménagement de l'espace ; la conception de projets basés sur un emboîtement des échelles du jardin au territoire...

...Chaque réalisation de Le Nôtre est une réponse aux spécificités d'un site : le relief, la présence ou l'absence d'eau, les vues, l'exposition. À Chantilly, par exemple, les miroirs d'eau et le canal récupèrent l'eau d'un sol marécageux, comme du reste à  Versailles pour la pièce d'eau des Suisses ou le Grand canal. À Sceaux, la plus grande partie du jardin se développe sur le côté du château, non dans l'axe, là  où le terrain le permet. Cela fait en sorte que la grande cascade puisse tirer parti d'un immense dénivelé.

Dans tous ses projets, Le Nôtre magnifie la nature par le biais de la géométrie, en suivant un procédé qui découle aussi de la réflexion philosophique de son époque et du développement des sciences et des techniques concernant l'aménagement et l'organisation de l'espace. Le chantier et l'oeuvre sont en fait complètement liés. Autour de l'art des jardins, d'autres savoirs sont fédérés : la maçonnerie, la sculpture, l'ingénierie civile et militaire...

À cette époque est défini un code formel, " première grammaire de l'aménagement de l'espace ", selon certaines recherches récentes, que l'on retrouve aujourd'hui réutilisé dans de nombreuses réalisations contemporaines. Notons particulièrement le traitement de la ligne d'horizon par les terrassements, la mise en situation de l'observateur dans l'espace, la prise en compte des différents effets d'optique produits par les caractéristiques topographiques des sites... Et également la transposition d'un vocabulaire classique : canal, belvédère, allées plein jalon, rampes...

Du détail au général et réciproquement, les réalisations de Le Nôtre entament un procédé d'emboîtement des échelles qui représente la clef de sa " maniera " artistique. Au sein des jardins de Versailles sont testées des techniques transposables au territoire, le jardin s'inspire lui-même, en les réinterprétant, de formes empruntées à  la campagne : tracés, lisières, palissade, gestion de l'eau...

Au sein même des jardins, les différentes échelles s'alternent, des grands axes à  l'intimité des bosquets, des espaces clos aux espaces ouverts.

Les conférences-débats :

Chaque conférence sera caractérisée par un mot-clé, autour duquel les intervenants organiseront leur contribution. Ces mots-clés feront référence à  des éléments spécifiques du projet de paysage : site, sol, eau, horizon, jardinage, architecte/paysagiste ou aux concepts et représentations qui en découlent : territoire, promenade, ville, arts.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE
Retour aux articles