radar

il y a les radars aussi…

À l’occasion du salon jardin jardins, Aréa s’est associée au Toulousain «Le chat maigre» pour présenter, en marge de notre stand «institutionnel», le banc Lisbonne «investit» de la patte colorée de l’artiste. 

Cette virée Parisienne fut l’occasion pour l’artiste de sélectionner un nouvel objet urbain comme support de son art : un radar situé en plein cœur de la capitale, à la sortie du tunnel de l’Alma. L’artiste précise qu’il n’y a pas eu dégradation. Il a même pris soin d’afficher au dos dudit radar le texte de loi réglementant les dégradations. Vérification faite par TF1 News dimanche soir : «le radar fonctionne toujours, il a flashé sous nos yeux».   

LAISSER UN COMMENTAIRE
Retour aux articles